L’Aromathérapie et les Huiles Essentielles – partie 1

L’aromathérapie est en plein essor. C’est une technique naturelle qui utilise les arômes et les principes actifs des plantes aromatiques.

Les huiles essentielles ont de multiples vertus thérapeutiques, afin de soulager l’organisme et de stimuler les défenses naturelles du corps. Leurs propriétés sont variées : antiseptiques, antivirales, antimicrobiennes, anti-inflammatoires, antiparasitaires, analgésiques, calmantes, stimulantes, anti-spasmodiques, …

Elles s’utilisent diluées dans des huiles végétales, du miel… seules ou en synergie. Extraites des plantes, il existe plusieurs modes d’extraction, la plus répandue est la distillation. Il existe aussi l’effleurage (méthode d’extraction par les graisses) pour les fleurs fragiles et extraction par expression à froid pour les agrumes.

Face à une offre pléthorique, comment savoir si le flacon qu’on achète contient une huile essentielle de qualité ? 

Décrypter les étiquettes

À elle seule, l’étiquette est en mesure de nous indiquer si le flacon est digne de notre attention ou s’il est préférable de passer son chemin.

Les étiquettes peuvent donner d’autres indices de traçabilité, comme le numéro de lot. Cette précision permet au pharmacien ou au distributeur de demander la fiche d’analyse biochimique correspondante. La mention de l’origine géographique peut aussi être une source d’information : préférer les provenances plus proches, non seulement dans un souci écologique, mais aussi pour diminuer le nombre d’intermédiaires et donc d’éventuelles malfaçons. 

Qualité de votre huile essentielle

En aromathérapie, on va privilégier des produits dépourvus de polluants chimiques, puisqu’on va respirer les huiles essentielles, en imprégner sa peau ou même les ingérer.

En regardant un flacon d’huile essentielle la première des choses sera son label bio, c’est l’assurance d’un produit fabriqué à partir de plantes issues principalement de l’agriculture biologique et ayant fait l’objet d’une certification spéciale. C’est une garantie de qualité et offre souvent une meilleure tenue dans le temps. Les labels, AB, Écocert, le logo de la feuille verte européenne, mais aussi Nature & Progrès ou Demeter garantissent cette qualité. La certification Simples donne aussi l’assurance que la plante a poussée loin des sources de pollution agricoles, urbaines ou industrielles.

Dénomination

Chaque plante possède une dénomination française et une dénomination latine. Les deux doivent paraître sur l’étiquette. La dénomination française ne suffit pas. En effet un certain nombre de plantes peuvent avoir plusieurs dénominations : il existe plusieurs lavandes, plusieurs thyms, plusieurs eucalyptus mais qui on des propriétés, des utilisations et des contre-indications différentes ! Par exemple, l’Eucalyptus citronné (Eucalyptus citriodora) soulage les douleurs articulaires et musculaires alors que l’Eucalyptus radié (Eucalyptus radiata) permet de soulager les maux de l’hiver (grippe, rhume, sinusite, etc…).

Une huile essentielle 100% pure

Du fait de leur coût élevé certains producteurs vont couper, mélanger avec une autre huile de moindre coût et olfactivement proche pour une question de rentabilité.

Une huile essentielle 100% naturelle et intégral

Certaines huiles possèdent une ou plusieurs molécules réactives, à l’origine de contre-indications. Certains producteurs préfèrent alors retirer cette molécule.

Le chémotype

C’est la molécule dominante ou spécifique d’une huile essentielle, il est noté par l’abréviation CT suivi du nom de la molécule. Les labels HECT (Huile Essentielle ChémoTypée) ou HEBBD (Huile Essentielle Botaniquement et Biochimiquement Déterminée) nous garantissent l’examen minutieux de l’huile essentielle et sa détermination et permet de retrouver la moindre trace de molécule de synthèse.

Enfin, les flacons d’huiles essentielles doivent être impérativement colorés, foncés et en verre.

Dans un prochain article, je vous parlerai des différents modes d’admistration.