Entretenir et stimuler la mémoire (2ème partie)

Vous oubliez sans cesse les noms de vos collègues de bureau, vous cherchez tout le temps vos clés ? Pas de doute votre mémoire flanche !


Voici quelques conseils

( Lire la 1ère partie sur la Mémoire )

L’alimentation :  pour réfléchir et mémoriser, le cerveau a besoin de tous les nutriments, et c’est leur association en interaction qui contribue à un meilleur fonctionnement général des neurones, et du métabolisme complet du corps.

Les glucides carburant du cerveau : La consommation de glucides à IG bas permet d’avoir une libération progressive du glucose en maintenant un taux de glycémie stable dans votre organisme. On les trouve dans les céréales semi-complètes ou complètes, oléagineux, légumineuses (riches en vitamines B).

Les lipides : les oméga 3 jouent un rôle dans la souplesse des membranes cellulaires, invitez-les à votre table. Privilégiez les poissons gras (sardines, maquereaux), les huiles végétales première pression à froid et bio : huile de lin, de colza ou de noix.

L’hydratation : Pour bien fonctionner notre cervEAU a besoin d’eau (au moins 1,5 l par jour) alors n’attendez pas d’avoir soif pour boire.

Les antioxydants tels que les épices comme le curcuma, les fruits rouges et le thé vert vont aider à lutter contre les radicaux libres.

Les vitamines du groupe B, notamment la vitamine B9 que l’on trouve dans les légumes à feuilles vertes tels que les blettes, épinards, brocolis, et les salades.

Le magnésium essentiel au bon fonctionnement de nombreux tissus du corps, dont le cerveau, permet de mieux réagir au stress, stimule l’apprentissage et la mémoire. On le trouve dans les oléagineux, les légumineuses, les légumes verts, le chocolat noir (minimum 70%).

Les aliments à éviter : les sucres raffinés, produits transformés, acides gras trans, l’alcool, le tabac, les sodas, …

L’activité physique : l’attention diminue en fonction de la fatigue, du stress, du manque de sommeil, de l’âge. Un des moyens de ressourcer l’attention est de se détendre et de marquer des pauses. L’exercice physique et le sport en font partie.

Le sommeil : c’est pendant notre sommeil que s’effectue la consolidation de la mémoire, ainsi, un manque de sommeil inhibera le processus d’apprentissage. Selon les personnes, 6 à 8 heures de sommeil sont nécessaires pour profiter de tous ses bienfaits. Pour certains, une courte sieste (20 mn) sera bénéfique pour la mémoire.

Solliciter son cerveau : par les jeux, la lecture, les loisirs, la musique, les voyages.